Voici le régime du collagène

Oui, vous pouvez poser des actions concrètes pour stimuler cette protéine vitale pour la peau.

Le collagène est la protéine essentielle pour la peau. C’est la structure de soutien invisible qui garde la peau ferme, rebondie et d’apparence jeune autant de l’intérieur que de l’extérieur. La dégradation de la protéine est réglée comme une minuterie. Dès la fin de la vingtaine, la production ralentit et cause une diminution de 1 %1 par année. Mais cette dégradation est encore plus rapide si nous mangeons trop d’aliments qui accélèrent le déclin naturel de 1 %. Lisez ceci pour découvrir à quel point les aliments qu’on consomme influent sur le collagène dans notre peau. .

À bannir du menu : les sucres artificiels
Glycation était le mot à la mode de la fin des années 2000 lorsqu’on parlait de la peau. C’est le processus par lequel un type de molécule de sucre (le glucose) pénètre dans le système sanguin par la nourriture et s’attache au collagène, durcissant les fibres et formant ce qu’on appelle les produits terminaux de glycation (PTG, ou AGE en anglais). Les PTG créent ce que leur acronyme anglais (AGE) indique, soit le vieillissement de la peau. Ils s’accumulent pour briser le collagène, rendant ainsi la peau dure et moins souple. Pour contribuer à ce que la réserve de collagène ne diminue pas plus rapidement qu’elle ne devrait, évitez tout aliment contenant du sucre blanc raffiné, qui nuit à la capacité du corps à bien vieillir.

Au menu : les sucres naturels
Dans une démarche pour ralentir la glycation et adopter une approche intérieure-extérieure pour une meilleure peau, il fut un temps où tous les blogueurs proclamaient les vertus de l’alimentation sans sucre, inondant le Web de régimes alimentaires « sans sucre en quelques semaines ». Maintenant connue comme étant un facteur prouvé du vieillissement de la peau, la glycation est en réalité un processus dermatologique naturel, qui survient pendant toute la vie, mais qui s’accélère si on consomme trop de sucre raffiné. Au lieu de l’enrayer de notre alimentation, et puisque le sucre est une source d’énergie, les dermatologues recommandent de consommer le plus possible de sucre naturel et rappellent que les sucres naturels, comme le glucose, le fructose (présent dans les fruits) et le lactose (présent dans les produits laitiers), peuvent fournir de l’énergie au corps.

À bannir du menu : les glucides raffinés
Nous vous entendons déjà répondre : « Mais cela ne s’applique pas à moi, je ne mange pas de sucre blanc, raffiné ou ajouté. » Il faut tenir compte de la portion cachée de sucre. Tous les glucides complexes, qu’on trouve principalement dans les aliments blancs comme le pain blanc, les pâtes blanches ou les croustilles, peuvent très rapidement se transformer en glucose dans le système sanguin. Du point de vue dermatologique, il est conseillé de les restreindre le plus possible.

Au menu : la vitamine C, pour Collagène
La vitamine C peut jouer un rôle dans l’augmentation du collagène dans la peau. Une étude a démontré que la vitamine C stimule la production de collagène ainsi que la qualité de son soutien l’état actuel de la peau2. Soutenez votre usine de collagène dans la peau en consommant des aliments contenant de la vitamine C moins connus – comme les patates douces et les poivrons rouges, qui regorgent de vitamine C.

Au menu : la vitamine E est aussi favorable au collagène
Des preuves suggèrent aussi que la vitamine E naturelle aide à lutter contre la réticulation du collagène3. La réticulation, dont la glycation est un exemple, survient lorsque les fibres de collagène se lient et se durcissent. La vitamine E contribuera essentiellement à ralentir le processus de durcissement du collagène, en conservant le rebond issu du collagène, signe d’une peau saine. Vous trouverez la vitamine E en abondance dans les noix, les grains et les huiles végétales.

Au menu : la vapeur plutôt que la friture
Enfin, faites bouillir au lieu de frire. « De récentes études ont révélé que certaines méthodes de préparation de la nourriture, comme griller, frire et rôtir, produisent une concentration beaucoup plus élevée de PTG que les méthodes utilisant l’eau, comme bouillir et cuire à la vapeur4. » « Voici l’une des explications de l’apparence jeune des personnes âgées d’Asie, puisque la cuisine asiatique est basée sur la cuisson utilisant l’eau5. »

Le collagène de l’extérieur vers l’intérieur
Liftactiv Collagen Specialist remplit la peau de peptides, qui court-circuitent la fragmentation des protéines, capables de cibler les signes spécifiques de l’âge liés à la perte de collagène sur la peau : les rides, le manque de tonus, la perte de fermeté et de tonicité.

Il est étonnant de constater que de si petits changements peuvent conserver votre usine de collagène dans la peau fonctionnant à plein régime pour plus longtemps. Des recherches montrent que le contrôle glycémique, qui maintient le taux de sucre bas dans le sang lorsqu’on évite les glucides complexes et le sucre ajouté, résulterait après quatre mois en une réduction du niveau de collagène glyqué allant jusqu’à 25 %6. C’est une excellente raison de commencer et garder un régime alimentaire favorisant le collagène.

1. The influence of age and sex in skin thickness, skin collagen and density - Sam Shuster & al
2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18505499
3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3583891/
4. H.P. Nyugen, R. Katta, ‘Sugar Sag: Glycation and the Role of Diet in Aging Skin’ in Skin therapy letter (2015) 20.6 pp. 1-5 [Accessible at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27224842]
5. Danby FW. Nutrition and aging skin: sugar and glycation. Clin Dermatol. 2010 Jul-Aug;28(4):409-11.
6. H.P. Nyugen, R. Katta, ‘Sugar Sag: Glycation and the Role of Diet in Aging Skin’ in Skin therapy letter (2015) 20.6 pp. 1-5 [Accessible at: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27224842]

Produits connexes

Articles connexes