Tout savoir sur la ménopause et les hormones

Après une vie entière de dur labeur, il est temps que nos ovaires fassent une pause bien méritée! Il arrive un moment où les hormones doivent ralentir et ce processus s’accompagne de son lot de bouleversements. Il faut bien s’y attendre. Mais de quoi sont responsables ces hormones exactement ?

Œstrogènes, progestérone, androgène : que font-ils et qu’est-ce que tout cela veut dire lorsque « le changement » se produit ?

Le mécanisme des ovaires se désactive une fois que ceux-ci sont à court de follicules. C’est alors qu’ils cessent de produire des œstrogènes et de la progestérone. Nous savons tous que ce moment marque la fin de la fertilité, mais de quelle autre façon ces hormones nous affectent-elles? Les conséquences sont plus nombreuses; c’est tout le mécanisme du corps qui est modifié.


Œstrogène, progestérone et androgène : qui est quoi?

Ces trois hormones sont toutes sécrétées par les ovaires.


Qu’est-ce que l’œstrogène ?

À la puberté, ces hormones stimulent le développement de la poitrine, du vagin et de l’utérus. Elles ont également une influence sur la distribution des lipides dans notre organisme, sur la solidité des os, ainsi que sur les taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Lorsque leur équilibre est perturbé, c’est tout l’équilibre de l’organisme qui se retrouve également déstabilisé.

Vous constaterez peut-être que le manque d’œstrogènes se répercute sur tout votre corps, se traduisant notamment par un sommeil perturbé, des problèmes de mémoire, une baisse de la libido et des douleurs articulaires.

Cela semble effrayant, mais heureusement, la ménopause ne veut pas nécessairement dire que vous souffrirez de tous ces symptômes. L’expérience varie considérablement d’une personne à l’autre, en fonction de l’hérédité et du style de vie.


Ostéoporose

La baisse des niveaux d’œstrogènes est souvent citée comme étant la cause d’un problème répandu chez les femmes de plus de 40 ans : l’ostéoporose; les os sont alors plus fragiles et le risque de fracture s’en trouve accru. Étant donné qu’au fil du temps, la masse osseuse diminue au lieu d’augmenter, nos os deviennent progressivement plus poreux, plus fragiles et moins résistants aux chocs, ce qui les rend plus enclins aux fractures. Une femme sur trois sera concernée à une période de sa vie après la ménopause, le risque allant croissant à partir de 65 ans.

En réalité, la ménopause et l’absence de sécrétion d’œstrogènes ne sont pas les principales causes de l’ostéoporose. Notre structure osseuse dépend à 80 % de notre génétique. Le fait que nos os « perdent » de la masse est avant tout un signe du vieillissement. À l’âge de 30 ans, notre masse osseuse est à son plus haut niveau. Après cela, elle commence à diminuer, au rythme de 3 à 5 % par décennie. La ménopause se contente d’accélérer le processus, la baisse des œstrogènes perturbant le métabolisme des protéines et du calcium. La perte de masse osseuse s’accélère ensuite de 1,5 % par an, et beaucoup plus chez certaines femmes; l’ostéoporose devient alors une réelle menace.


Qu’est-ce que la progestérone?

Le rôle principal de cette hormone consiste à favoriser l’implantation de l’ovule fécondé, épaississant la paroi de l’utérus. Elle est essentielle pour que la grossesse se passe bien. De plus, elle contrebalance les œstrogènes. Par exemple, elle a un effet diurétique qui s’oppose à l’effet de « rétention des liquides » des œstrogènes, aidant à combattre le gonflement de la poitrine et du corps généralement associé aux cycles menstruels.


Que sont les androgènes?

Précurseurs de tous les œstrogènes, ils sont principalement responsables de la croissance des poils du pubis et des aisselles; ces hormones mâles diminuent à la ménopause sans disparaître complètement, car elles sont produites par les glandes surrénales, ainsi que par les ovaires. L’androgène le plus connu est la testostérone.

Produits connexes

Articles connexes