Main content

Chapitre 2 : Une dermatologue répond à vos questions au sujet de la peau sensible

Découvrez les facteurs qui rendent la peau des femmes sensible et obtenez des conseils d’expert d’une dermatologue de Vichy pour bien en prendre soin, atténuer les rougeurs et soulager l’irritation.

Afin de bien comprendre la peau sensible, il importe de se tourner vers des experts pour avoir une meilleure idée des facteurs qui en sont responsables. Nous nous sommes entretenus avec la Dre Nina Roos, une dermatologue de renommée, pour obtenir son avis d’expert sur tous les aspects touchant la sensibilité cutanée, dont les symptômes caractéristiques et les réactions observées chez différents types de peaux.

Qu’est-ce qui rend notre peau sensible?


Comment reconnaît-on une peau sensible? D’après la Dre Nina Roos, dermatologue, les symptômes d’une peau sensible ne sont pas nécessairement les mêmes d’une femme à l’autre. L’alimentation, les habitudes de vie, l’hérédité, et même l’endroit où nous vivons sont tous des facteurs pouvant déclencher des réactions cutanées. La Dre Roos nous indique que bien que certaines femmes aient une prédisposition à la sensibilité cutanée en raison de leur hérédité, d’autres peuvent commencer à présenter des symptômes à un âge plus avancé en raison de changements hormonaux amenés par le vieillissement. En effet, plus de la moitié des femmes dans la vingtaine indiquent avoir la peau sensible, contre moins de 30 % des femmes septuagénaires. D’autres femmes peuvent présenter une sensibilité accrue juste avant ou après la ménopause, ainsi que durant une grossesse. En bref, même les femmes qui considèrent avoir la peau ultrasensible en tout temps peuvent observer, au cours de leur vie, des changements dans la façon dont elle réagit en fonction de leur âge, de l’endroit où elles vivent et de leur alimentation.

La routine beauté peut-elle avoir quelque chose à voir?


Même si nous savons déjà qu’il n’existe pas de lien entre l’utilisation de produits cosmétiques et la sensibilité de la peau, la Dre Roos fait remarquer qu’il existe toutefois un troisième type de profil, lié à une mode inquiétante qui gagne actuellement du terrain au Japon et en Corée. Des études préliminaires semblent indiquer que la tendance beauté asiatique qui consiste à superposer plusieurs couches de produits sur sa peau, voire de dix à douze, peut avoir amené des femmes à souffrir d’une grande sensibilité cutanée à un âge plus avancé. La Dre Roos souligne : « Si vous brossiez vos dents avec dix dentifrices de marques différentes, chaque heure et chaque jour, votre bouche réagirait immédiatement. Il en va de même pour votre peau. »

Comment les peaux sensibles réagissent-elles d’une femme à une autre?


Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la peau de votre visage était beaucoup plus sensible lorsque le temps était venteux que lorsqu’il faisait froid dehors? Ou pourquoi le fait d’être coincée longtemps dans les embouteillages pouvait parfois irriter votre peau? Vous n’êtes pas seule à être affectée par ces conditions. Selon des recherches, la pollution peut détruire la barrière naturelle de la peau, alors que les forts vents peuvent entraîner des sensations de brûlure et des rougeurs. En outre, des études ont révélé que la consommation régulière d’aliments épicés aggravait la sensibilité de la peau.[1] Enfin, l’origine ethnique a aussi son rôle à jouer : la peau des femmes européennes et asiatiques est plus susceptible de réagir aux changements climatiques extrêmes et aux variations brusques de température, alors que la peau des femmes d’origine africaine est moins sujette aux rougeurs.[2] [3] Mais n’oubliez pas que toutes les femmes peuvent souffrir de sensibilité cutanée, quel que soit leur type de peau. N’allez donc surtout pas croire que les peaux grasses ne peuvent manifester les symptômes énumérés plus haut!

[1] Ethnic variations in self-perceived sensitive skin: epidemiological survey. R. Jourdain, O. De Lacharrière, P. Bastien et H.I. Maibach – L’Oréal Recherche
[2] Jourdain R, de Lacharrière O, Bastien P, Maibach H I. Ethnic variations in self-perceived sensitive skin: epidemiological survey. Contact Dermatitis 2002.
[3] C.M. Willis et al. Sensitive skin : an epidemiological study. Brit. Journ. of Dermatol. 145 : 258-263 (2001)

For the best experience, please turn your device